L’obésité est un phénomène beaucoup plus complexe que ce l’on croit tous, selon ce rapport révélateur ! (Page 1 ) | 13 août 2020
Annonce:

À l’échelle mondiale, plus de 1,9 milliard d’adultes sont en surpoids, dont 650 millions sont touchés par l’obésité,  soit environ 13 % de la population, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Rien qu’en France, plus de 17% de la population adulte est obèse, ce qui représente plus de 8 millions de personnes.

Si notre société tolère de plus en plus les personnes obèses, de nombreuses idées demeurent complètement fausses à propos de leur véritable situation.

C’est pourquoi la British Psychological Society (BPS) s’est donnée pour mission de mieux faire comprendre aux gens la complexité du sujet et de mettre en lumière la relation problématique entre santé et obésité.

C’est ce qu’elle a fait en publiant un nouveau rapport qui explique les vraies sources du problème et propose éventuellement les meilleures façons qui existent pour s’y attaquer…

Un choix difficile

L’association professionnelle britannique attribue l’obésité au fait de grandir dans un environnement presque inactif et qui n’encourage pas vraiment l’activité physique.

D’une part, la British Psychological Society souligne que l’obésité n’est pas un choix et que le fait de simplement blâmer une personne pour son physique est tout à fait inquiétant. Bien que l’association ne soutienne pas la classification de l’obésité en tant que maladie comme l’a fait l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle continue néanmoins, à faire pression pour améliorer le traitement des personnes obèses et des débats à leur sujet.

Selon ce groupe de 60 000 personnes, l’obésité n’est pas uniquement le résultat…

Selon ce groupe de 60 000 personnes, l’obésité n’est pas uniquement le résultat d’un manque de volonté d’un individu à bien s’alimenter, contrairement aux stéréotypes récurrents. Bien qu’elle soit souvent causée suite au comportement d’une personne, ce comportement n’est pas toujours un choix.

Par exemple, certaines personnes présentent naturellement un risque génétique élevé qui les rend plus susceptibles à devenir obèses. Si l’on associe cette possibilité à un environnement particulièrement malsain et à l’incapacité d’accéder à des aliments sains et de bonne qualité, ces facteurs peuvent très rapidement faire pencher la balance vers le mauvais côté.

L’expérience psychologique

Les habitudes alimentaires malsaines acquises pendant l’enfance peuvent être transportées à l’âge adulte. Le rapport du groupe britannique a également souligné le rôle important que jouent les expériences psychologiques dans la formation des habitudes d’une personne susceptible de devenir obèse plus tard.

En fait, le rapport a découvert que près de la moitié des adultes qui font appel à des services spécialisés dans le domaine de l’obésité déclarent avoir vécu une sorte de souffrance pendant leur enfance. Cette rude épreuve peut les avoir amenés à se sentir plus vulnérables et donc à vouloir compenser par « une alimentation émotionnelle ».

S’attaquer au problème

La British Psychological Society a comparé le problème de l’obésité à celui du tabagisme, suggérant qu’ils peuvent être résolus de la même manière. Compte tenu de tout cela, le directeur général du BPS, Sarb Bajwa, suggère que le gouvernement traite la situation en question de la même manière qu’il le fait pour le tabagisme.

Depuis des décennies, le tabagisme a toujours été en tête de liste des causes du cancer. Mais cette époque est presque révolue, l’obésité pourrait rapidement occuper la première place, ce n’est qu’une question de temps, alertent des médecins britanniques.

86 400€ chaque matin
EN SAVOIR PLUS..
Annonce:
Annonce:
Fermer